fbpx

Blogue

Syndrome du colon irritable

Le syndrome du côlon irritable et les fameux FODMAP’s 😣

Le syndrôme du côlon irritable est un trouble digestif qui touche près de 10 à 20%* de la population. En raison de sa forte prévalence ainsi que de la confusion de plusieurs, j’ai choisi d’écrire sur le sujet. J’en conviens, les troubles digestifs, ce n’est pas le sujet le plus sexy, MAIS, je pense que c’est pertinent.

Syndrôme du côlon irritable, une définition

« Le SCI est caractérisé par de la douleur abdominale, des changements dans les habitudes de défécation, une sensation d’évacuation incomplète et de la flatulence. Il touche l’intestin, mais peut également se manifester par un reflux gastro-œsophagien ou des douleurs abdominales. » 1 😯🤭

Quoi? 🤷🏻‍♀️ Je vous avais prévenu..

.Il importe de préciser que le syndrôme du côlon irritable n’est pas considéré comme une maladie, mais bien comme un trouble fonctionnel. Bien que les inconforts qui y sont liés puissent être très incommodants, il n’en découle ni inflammation, ni altération de la structure intestinale. Si vous pensez être atteint du SCI, il existe des stratégies en lien avec l’alimentation et le mode de vie permettant de réduire les symptômes. Sachez cependant que la première chose à faire demeure de consulter son médecin. D’ailleurs, il sera nécessaire d’exclure le diagnostic d’intolérance au lactose et de maladie cœliaque.

Piste de solution # 1 : l’alimentation

Les recommandations générales. Dans un premier temps, certaines recommandations générales peuvent être appliquées afin de faciliter le processus digestif. Voici quelques conseils :

· Mangez plus fréquemment, en plus petite quantité.

· Mangez lentement et prenez soin de bien mastiquer. La mastication est la première étape de la digestion.

· Évitez les aliments très acides ou épicés.

· Évitez de boire en mangeant. Buvez de bonnes quantités d’eau quotidiennement, entre les repas.

· Limitez votre consommation d’aliments gras.

· Etc.

Les probiotiques. L’utilisation des probiotiques pour diminuer les symptômes en lien avec le SCI semble une avenue prometteuse, leur utilisation étant cependant controversée. À ce jour, plusieurs incertitudes demeurent quant à l’utilisation thérapeutique des bactéries. Par exemple, il semble difficile de déterminer précisément la quantité permettant d’obtenir un bienfait potentiel. La communauté scientifique se questionnent également quant à la réelle survie de celles-ci lors de leur passage dans l’estomac (milieu très acide). Ceci dit, puisque les inconforts nuisent à la qualité de vie des personnes atteintes, l’adoption d’une prise quotidienne de probiotique demeure une piste de solution intéressante. Cependant, une grande variété de souches sont disponibles sur le marché, il importe donc de bien les sélectionner. Parmis celles-ci, les souches Lactobacillus sp et Bifidobacterium sp sont particulièrement ciblées dans le traitement du syndrôme du côlon irritable.

Les FODMAP’s : L’acronyme FODMAP réfère aux catégories d’aliments formés de glucides à courte chaîne. Étant utilisés comme substrat alimentaire pour les bactéries du côlon, ces aliments seraient en partie responsable des troubles digestifs chez les personnes hypersensibles.

F : Fermentescible

O : Oligosaccharides (fructane et galacto-oligosaccharides) 🥐 🥦

D : Disaccharides (lactose) 🥛🧀

M : Monosaccharides (fructose) 🍎🍐🍯

A : And

P : Polyols (sorbitol, mannitol, xylitol, maltitol) 🌽 🥤

Si vous avez déjà regardé la liste des aliments à exclure lors d’une diète faible en FODMAP’s, vous savez que cette dernière est très exhaustive et que la diète est extrêmement restrictive. En effet, tous les aliments contenant l’une des quatre catégories de molécules nommées ci-haut devraient être retirés de l’alimentation. Ceux-ci comprennent plusieurs fruits et légumes, les légumineuses, le blé, le lait, le yogourt, les substituts de sucre, etc. (vous imaginez!?)

**ATTENTION**

Je rencontre régulièrement des clients qui, suite à un diagnostic, croient devoir exclure les FODMAP’s de leur alimentation à tout jamais. Évidemment, ils sont sous le choc et se demande comment ils y parviendront.

Sachez que l’exclusion des aliments riches en FODMAP’s s’insère dans un protocole ayant pour but de déterminer le groupe problématique chez la personne atteinte des SCI. Ces exclusions sont donc TEMPORAIRES!

Pour faire court, la totalité des aliments à haute teneur en FODMAP’s doivent être exclus pour une période allant de 2 à 6 semaines. Après cette période d’exclusion, l’étape de réintroduction des aliments est amorcée.

Vous êtes perdu? Il s’agit effectivement d’un sujet assez complexe. Pour cette raison, je vous conseille fortement de consulter un(e) nutritionniste afin de vous éclairer et ainsi, éviter les exclusions embêtantes et non nécessaires.

Piste de solution # 2 : la réduction du stress

Qui n’a jamais eu mal au ventre lors d’un événement stressant?

Probablement peu d’entre vous. En effet, des milliers de terminaisons nerveuses tapissent nos intestins, ce qui rend le lien évident. De plus, le dysfonctionnement des communications entre le système nerveux entérique et le système nerveux central serait ciblé comme l’une des cause principal du développement du SCI.

Lorsque le stress est chronique, est-ce que les troubles digestifs peuvent le devenir également? Une hypothèse qui semble logique. La réduction du stress au quotidien peut donc entrainer une diminution des symptômes physiques du SCI. Pour ce faire, vous pouvez pratiquer une activité physique, essayer le yoga, la méditation ou encore la pleine conscience.

Suis-je spécialiste des techniques de relaxation ? Pas du tout !

Est-ce que j’y crois ? Totalement !

Namaste 🙏🏼

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour me joindre ou pour prendre rendez-vous

Vanessa Daigle

Nutritionniste-Diététiste

Écrivez-moi!

Copyright 2021 © Vanessa Daigle Nutritionniste-Diététiste