Blogue

Défi #parfaitementsucré & les nouvelles recommandations sur le sucre! 🍓🍭

La semaine dernière, j’ai eu la chance de participer au Défi c’est sucrement bon, organisé par l’Institut canadien du Sucre. Par cet atelier virtuel, l’institut visait à démontrer concrètement, par le biais d’une expérience culinaire, ce que représentait la consommation de 100g de sucre quotidiennement. Les nutritionnistes étaient les personnes visées par cet événement. Le raisonnement? Faire en sorte que les nutritionnistes aient une perception juste des recommandations afin de véhiculer un message clair à la population. Un objectif qui semblait atteint en fin de présentation.

100 g de sucre par jour 🍑

D’où provient cette motivation à démontrer la représentation concrète de 100g de sucre? En fait, dernièrement, des changements sur l’étiquetage nutritionnel étaient annoncés par le gouvernement. Parmi ces derniers, des modifications apportées à l’information liées au sucre étaient fort attendues. Sans déception, ces dernières représentaient une pierre angulaire des changements à venir.

Je reviendrai à l’étiquetage plus tard dans cet article. D’abord, faisons la lumière sur les recommandations gouvernementales liées à la consommation de sucre.

Santé Canada fixe la recommandation quotidienne liée au sucre à 20% de nos apports quotidiens, soit 100g pour quelqu’un qui consomment 2000 calories par jour. À retenir :

✔️ Cette valeur est déterminée pour les apports en sucre totaux et non en sucres ajoutés. Les sucres totaux incluent les sucres naturellement présents dans les aliments ainsi que les sucres ajoutés.

✔️ Le nombre fixé à 100g par jour ne doit pas être considéré comme un objectif à atteindre, mais plutôt la quantité de sucre totaux conforme à un modèle d’alimentation saine.

✔️ Puisqu’il s’agit d’un pourcentage des apports quotidiens, une consommation de 75g par jour pour une personne consommant environ 1500 calories serait jugée adéquate.

Sucres naturels 🍒 ou ajoutés 🍬 ?

En apprenant ces changements, une question m’est instantanément venue à l’esprit. Mais pourquoi ne pas avoir séparé les sucres ajoutés des sucres naturels?

Dans l’ensemble, à cette question, l’Institut répond que d’un point de vue analytique, il est impossible de différencier les sucres ajoutés des sucres naturels dans les aliments préemballés.

Ainsi, il faudrait se fier aux informations soumises par le fabriquant, sans possibilité de vérification. Cela ouvre la porte à une certaine fraude, ce qui pourrait flouer le consommateur.

De plus, selon Santé Canada l’étiquetage obligatoire des sucres ajoutés « risquerait également de soutenir l’idée fausse que les sucres ajoutés en soi sont nutritionnellement différents des sucres d’origine naturelle.»

Je vous entends déjà. QUOI? Il n’est pas préférable de consommer des sucres naturels? En fait, la distinction se fait surtout au niveau de la matrice alimentaire. Dans le cas où le sucre se retrouve dans un fruit, par exemple, celui-ci est entouré d’une matrice comprenant des fibres, ce qui ralenti son absorption. Aussi, l’aliment est globalement sain, puisqu’il contient des vitamines et minéraux, ce qui le rend favorable. Cependant, une fois retiré de cette matrice, il est vrai que le sucre agit de la même manière sur le métabolisme humain qu’un sucre ajouté. C’est le cas du jus, notamment, pour laquelle on recommande de limiter la consommation.

Est-ce que je consomme trop de sucre? 😟

Maintenant, vous vous demander probablement si vous consommez trop de sucre ou comment savoir si vous dépassez, ou non, les valeurs cibles?

Commençons avec quelques statistiques. Les données sur l’apport alimentaire de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes de 2015 indiquent qu’en moyenne, 18,8 % de l’apport énergétique des adultes canadiens provient des sucres totaux, 9,9 % des sucres libres et 8,6 % des sucres ajoutés. Sachant que la moyenne canadienne est à 18,8% (inférieur à 20%), je ne serais pas inquiète que les personnes ayant un souci de bien se nourrir surpasse cette valeur. J’imagine donc que vous faites partie de ceux-ci, si vous lisez présentement cet article !

Alors, plutôt que de tenter de compter le nombre de gramme de sucre que vous consommez quotidiennement, pensez simplement à consommer avec modération les aliments transformés sucrés et les boissons sucrées. Ainsi, vous n’aurez pas du tout à vous inquietez de votre consommation de fruits! ATTENTION. Alors qu’il devient difficile de faire des recommandations sans se faire taper sur les doigts car on prône la restriction, sachez que OUI, vous pouvez manger des cookies. Cependant, vous savez comme moi que certains aliments offrent une valeur nutritive plus intéressante. Il s’agit simplement de miser sur l’équilibre. Je fais confiance à votre jugement 😉

Si vous êtes curieux, voici le menu proposé dans le cadre du Défi sucrement bon. La consommation des aliments indiqués au menu totalise 100g de sucre.

Le nouveau tableau de la valeur nutritive 🤓

Finalement, voici les changements apportés à l’étiquetage alimentaire.

Selon moi, le changement le plus intéressant se trouve dans la liste d’ingrédients, où les sucres sont désormais regroupés, limitant ainsi la confusion pour le consommateur. Rappelez-vous que la liste d’ingrédients présente ces derniers en ordre décroissant, en fonction de leur proportion dans l’aliment. Puisque les sucres doivent maintenant être regroupés, on risque de les voir monter dans certaines listes! Un «wake up call»  intéressant, dans certains cas!  

Vanessa Daigle, Dt.P

Nutritionniste | Diététiste

Référence : Canadian sugar institute. www.sugar.ca Étiquettage nutritionnel et allégations. Site web consulté 11-2020

Apport en sucre, Recommandation sucre, Recommandations nutritionnelles sucre, Sucre

Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour me joindre ou pour prendre rendez-vous

Vanessa Daigle

Nutritionniste-Diététiste

Écrivez-moi!

Copyright 2018 © Vanessa Daigle Nutritionniste-Diététiste - Conception Web par Eve Drouin-V.