Blogue

5 faits que tu ignores sur des aliments de consommation courante

5 faits que tu ignores sur des aliments de consommation courante

Je sais pas si c’est parce que c’est moi qui trip trop sur la bouffe, mais me semble que c’est le genre de faits que j’aime bien apprendre. En 2018, la variété d’aliments que l’on consomme ne cesse de s’agrandir. Selon moi, cette diversité est l’un des grands plaisirs de la vie. Cependant, nous sommes forcé d’admettre que nous ne sommes pas toujours à 100% informé sur ce que l’on consomme. Après la lecture de cet article, j’imagine que vous en saurez au moins, un tout petit peu plus.

Laisser égoutter votre yogourt et vous obtiendrez : du yogourt grec!

Qu’est-ce que le yogourt grec et pourquoi contient-il plus de protéines que le yogourt régulier ? En fait, si vous prenez un coton et que vous laissez égoutter un yogourt quelques minutes, la teneur en eau de ce dernier sera réduite et vous obtiendrez…. eh oui : un yogourt grec. Ceci explique également la différence au niveau de la teneur en protéines et du prix. Le produit est finalement plus concentré donc à poids égal, la quantité de protéines est supérieure.

Dans le ring : le SUPER quinoa VS la pomme de terre interdite

Qui a dit que le quinoa était un «superaliment » et que la pomme de terre n’avait pas sa place de nos cuisines? Lorsqu’on présente une assiette santé, on suggère que le consommateur devrait, le plus souvent possible, avoir une assiette qui comprend ¼ de sa superficie en protéines, ¼ en féculents et la demie restante en légumes. Si on s’intéresse aux féculents, plusieurs options sont possibles. On pense entre autres aux pâtes alimentaires, au riz, au quinoa, l’orge, la pomme de terre, etc. À entendre le discours de plusieurs, garnir son assiette de quinoa serait un choix judicieux alors que la pomme de terre devrait être évitée, sous peine de voir nos bons vieux « bourrelets » prendre du volume. Qu’en est-il réellement ?

Le quinoa est une céréale au profil intéressant, certes. Elle est une excellente source de magnésium, de manganèse, de fer et de vitamine B. Dans 100g de quinoa cuit, nous retrouvons :

Protéines : 4.3g | Lipides : 1.9g | Glucides : 20.8g | Fibres : 2.7g

Quant à elle, la pomme de terre est une excellente source de potassium, magnésium, vitamine C et B6. Dans 100g de pomme de terre cuite nous retrouvons :

Protéines : 2.7g | Lipides : 0.1g | Glucides : 21.4g | Fibres : 2.3g

Finalement, en comparaison avec la pomme de terre, le quinoa contient une quantité légèrement supérieure de protéines, mais contient également davantage de lipides. De plus, leur profil en vitamines et minéraux est bien différent. Que doit-on donc retenir de tout ça ? En fait, se sont deux aliments différents, qui ont tous deux leur place dans notre assiette. La variété est donc la clé ! En variant les aliments que vous mangez, vous vous assurez d’offrir à votre corps tout ce dont il a besoin. De plus, encore une fois, méfiez-vous du marketing et des modes alimentaires.

Désolé Popeye : Les épinards ne sont pas la meilleure source de fer

La croyance populaire selon laquelle l’épinard est une excellente source de fer date de bien longtemps. Cependant, nous savons maintenant qu’une petite erreur serait à l’origine de celle-ci :

« L’origine de cette croyance du taux élevé de fer dans les épinards aurait deux sources possibles. La première est une publication du chimiste allemand E. von Wolf datant de 1870 qui, en raison d’une erreur typographique sur une décimale, attribuait à l’épinard dix fois sa teneur réelle en fer. La seconde est une publication d’un autre chimiste allemand, Gustav von Bunge, qui, en 1890, trouvait 35mg de fer pour 100g mais dans l’épinard séché réduit en poudre. »

Afin de rétablir les faits et déterminer si un aliment contient une quantité intéressante d’un nutriment, il importe de savoir la quantité que nous devrions consommer dans une journée. Pour se faire, nous pouvons nous référer à L’ANR (apport nutritionnel recommandé), valeur pour laquelle les besoins de 98% des gens sont comblés. Lorsque l’on parle du fer, les valeurs sont bien différentes pour les hommes et les femmes, en raison des règles de ces dernières. Les besoins quotidiens d’une femme qui a des règles mensuelles est donc de 18 mg alors qu’ils sont de 8 mg pour un homme ou une femme qui n’a plus ou pas de menstruations.

Un autre élément à considérer est la biodisponibilité du nutriment. En effet, la biodisponibilité réfère à la proportion de nutriments contenu dans l’aliment qui sera réellement absorbée par notre corps. Pour ce qui est du fer, le potentiel d’absorption est différent s’il provient d’une source animale ou végétale. En effet, l’absorption de ce dernier est optimale (+/- 25%) lorsque le fer est contenu dans un aliment de source animal en comparaison avec la source végétale (+/-5%).

Voici donc le teneur en fer de quelques aliments courants (pour 75g)

Sources végétales (taux d’absorption d’environ 5%) : Avoine : 3mg | Lentilles : 2.4mg | Pois chiches : 2.2mg | Édamames : 2.3mg | Épinards : 2.1mg | Asperges : 1.6mg

Sources animales (taux d’absorption d’environ 25%) : Foie de veau : 4.48mg | Bœuf : 2.5mg | Crevettes : 1.35mg | Porc haché : 0.75mg

Les crevettes, c’est vraiment salé

J’ai appris dernièrement que les crevettes étaient un aliment contenant une quantité importante de sodium. À ce moment, je me suis dit : mais voyons, personne ne sait ça ? Donc voilà, je vous le dis. Les crevettes d’élevage blanches ou tigrées contiennent habituellement un phosphate de sodium (additif) qui est ajouté au produit afin de le gorger d’eau et ainsi, permettre une conservation adéquate de la couleur et de la texture. En termes de sodium, les crevettes nordiques sont malheureusement les pires. C’est donc un fait à garder en tête au moment de faire la cuisine. Par exemple, si vous cuisinez les crevettes avec des sauces asiatiques, n’oubliez pas que la teneur en sodium des sauces et des crevettes s’additionne. Il s’avère donc judicieux de ne pas (ou peu) ajouter de sauces salées sur les crevettes. Optez plutôt pour des épices, herbes fraîches ou encore, de l’ail.

Coriandre : on aime ou on déteste! La génétique soupçonnée comme responsable.

Rares sont les personnes qui demeurent indifférentes face au goût de la coriandre. Mais pourquoi cette herbe fraîche fait-elle autant réagir? Alors que certains ne se lassent pas de rehausser la saveur de leurs mets avec la coriandre, d’autres affirment qu’elle goûte le savon. Au cours des dernières années, plusieurs études ont été réalisées sur le sujet, l’une d’entre elle étant fait sur des jumeaux identiques et non identiques. Bien qu’on ne puisse jusqu’à maintenant pointer directement un gène précis, tout porte à croire qu’il y aurait bel et bien un lien entre la génétique et l’amour pour la coriandre. Nul besoin de tenter de convaincre votre ami de goûter à nouveau, il y a fort à parier qu’une personne qui n’apprécie pas la saveur de cette herbe la détestera pour toujours !

Et puis, vous étiez au courant de ces faits ? Évidemment, je ne suis pas détentrice de pleins de mystérieux secrets alimentaires. Cependant, j’espère (sans prétention) vous avoir appris un petit quelque chose avec cet article. 

Référence

1. Wikipedia. La légende du fer dans les épinards. Site Internet consulté le 30 janvier 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour me joindre ou pour prendre rendez-vous

Vanessa Daigle

Nutritionniste-Diététiste

Écrivez-moi!

Copyright 2021 © Vanessa Daigle Nutritionniste-Diététiste