Blogue

Optimiser son niveau d’énergie par l’alimentation ; bye bye dépression saisonnière!

Eh oui, mi-novembre et la neige semble bien installée. À ce temps-ci de l’année , le soleil nous fait défaut plus souvent qu’autrement. Comment garder le moral malgré cette noirceur qui persiste? Voici quelques conseils nutritionnels pour optimiser votre niveau d’énergie et traverser l’automne avec le sourire aux lèvres. 😁🎉

1- Manger plusieurs petits repas

Qui n’a jamais eu de baisse d’énergie suite à la consommation d’un gros repas? En effet, plus votre repas est copieux, plus la digestion sera longue, ce qui risque d’influencer votre niveau d’énergie. Ajouter des collations nourrissantes et protéinées à votre alimentation. L’idéal est de manger un repas lorsque la faim est modérée. À ce moment, vous serez davantage en mesure de manger lentement et d’être à l’écoute de votre sentiment de satiété.

Qu’en est-il du jeûne intermittent? En effet, le principe de cette nouvelle tendance alimentaire va à l’encontre du conseil mentionné précédemment. En nutrition comme dans bien des domaines, il existe plusieurs écoles de pensées. Le jeûne intermittent semble effectivement démontrer de beaux résultats la santé, tant en prévention qu’en traitement. Cependant, si vous n’avez pas de problème de santé majeur, je crois qu’une saine alimentation globale prône sur le jeûne. Dans ce cas, je vous conseille de vous en tenir à la recommandation numéro 1 et de fractionner les repas. Dans le cas contraire, il est possible que le jeûne puisse avoir des bienfaits pour vous. Si cela vous intéresse, consulter un professionnel afin de vous assurer de le faire adéquatement.

2- Privilégier les grains entiers (ou aliment à faible IG? )

Dans un premier temps, j’avais envie de parler de l’index glycémique. L’IG d’un aliment représente la vitesse avec laquelle les glucides sont digérés et convertis en glucose, avant de se retrouver dans le sang. Bien qu’il soit relativement populaire en nutrition, l’index glycémique demeure assez complexe à utiliser puisque plusieurs facteurs le feront varier (la température, le degré de mûrissement, la combinaison des aliments, la transformation, etc.) DONC, pour faire simple, j’ai choisi de conseiller les fameux grains entiers. En effet, la présence des fibres dans ces derniers aura pour impact de diminuer la rapidité d’absorption et donc, de limiter les pics de glycémie. Les montées rapides de glycémies sont suivis de rechutes, lesquels nuisent au niveau d’énergie.

3- Vitamine D? … Oui mais…non

Saviez-vous que plusieurs récepteurs de la vitamine D se situe dans le cerveau? Cependant, bien qu’on observe une corrélation inverse entre les taux de vitamine D et les symptômes dépressifs chez plusieurs sujets, la littérature ne permet pas de tirer la conclusion qu’un supplément de vitamine D permet de réellement réduire la dépression. Ceci dit, les habitants des pays nordiques ont avantage à prendre un supplément de vitamine D durant les mois hivernaux. Alors, rien à perdre?

4- Éviter les repas riches en lipides

La matière grasse est le macronutriment le plus difficile à digérer. En effet, la digestion des lipides passe par un processus métabolique complexe (beaucoup plus que celle des glucides et protéines). Puisque, comme mentionné précédemment, la digestion risque de nuire à votre niveau d’énergie, tenter d’éviter de consommer de grandes quantités. Les «bons« gras eux??C’est du gras quand même! Qu’on parle d’huile végétale, de noix, d’avocat ou de saumon, il s’agit tout de même d’aliments gras, qui seront plus difficile à digérer. Attention… je rappelle que je conseille de faire attention aux excès et aux très grandes quantités, pas de les éviter!

5- Omega-3 ? Poisson VS huiles végétales.

Il semble effectivement y avoir un lien positif entre la consommation d’omega-3 et la réduction des symptômes dépressifs. Cependant, il importe de consommer la molécule en provenance d’aliments et non de suppléments. En effet, l’efficacité des suppléments d’omega-3 est grandement remise en doute. De plus, sachez qu’il existe deux type d’omega-3

– De source végétale (ALA) : noix, graines, huiles végétales, avocats

– De source marine (EPA-DHA) : poissons, algues

Malheureusement pour ceux qui n’apprécient pas les produits de la mer, ces derniers démontrent des effets plus important sur l’humeur et la diminution des symptômes dépressifs.

Voilà! Sinon, vous connaissez mon conseil ultime: aller dehors et bouger vos foufounes. 😉Personnellement, je préfère largement la neige à la pluie. ☃️❄️

Énergie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour me joindre ou pour prendre rendez-vous

Vanessa Daigle

Nutritionniste-Diététiste

Écrivez-moi!

Copyright 2021 © Vanessa Daigle Nutritionniste-Diététiste