Programme Participez au défi bien-être

Blogue

Riz basmati et patates douces : un meilleur choix ? 🍚🍠

Avant d’aller plus loin, je tiens à préciser quelque chose :  moi aussi, je mange du riz basmati et des patates douces pi c’est BIN correct.  Cela dit, la raison pour laquelle j’en mange, c’est parce que … j’aime ca. Et toi, pourquoi tu manges du riz basmati et des patates douces ? À force d’échanger avec mes clients, j’ai compris que plusieurs personnes mangent des aliments simplement parce qu’on leur laisse croire que c’est LA chose à faire, that’s it. Pour le riz basmati et les patates douces, c’est exactement ça. Selon certain, ce serait les seuls féculents «correct» à intégrer dans une saine alimentation. On te laisse croire que si tu manges des patates douces, tu fais un bon choix que ça contribue probablement à te faire perdre du poids. Par contre, si tu manges une pomme de terre… watch out!

Je trouve ça assez impressionnant, Ă  quel point plusieurs personnes mettent ces aliments sur un piĂ©destal, comme s’ ils Ă©taient plus nutritifs que les autres fĂ©culents. Le sont-ils rĂ©ellement ?

Je le sais, on t’a enseignĂ© Ă  faire ces choix. Un jour, tu as suivi un plan alimentaire rĂ©alisĂ© par un/une coach et on t’a dit de miser ces ceux-ci plutĂ´t que d’autres fĂ©culents. Mais pourquoi choisir ceux-ci alors que le riz basmati est blanc (et donc ne contient pas de fibres) et que la patate douce est plus sucrĂ©e que la pomme de terre ? Ça semble contradictoire, non ? 

L’idĂ©e ici n’est surtout pas de te convaincre de ne pas les manger mais juste, d’arrĂŞter de penser Ă  tout prix que c’est EXCLUSIVEMENT ceux-la que tu dois manger. 

Alors, pourquoi est-ce que ces aliments sont si valorisĂ©s, aux dĂ©triments d’autres choix  ? 

Mesdames et messieurs, veillons accueillir l’index glycĂ©mique 

La patate douce et le riz basmati ont un index glycĂ©mique faible. C’est pour cette raison qu’on t’as dirigĂ© vers ces choix. Par dĂ©finition, l’index glycĂ©mique d’un aliment reprĂ©sente l’impact potentiel que la consommation de ce dernier aura sur ta glycĂ©mie (ton taux de sucre en circulation dans le sang). IntĂ©ressant ? Hum pas tant que ça. Pourquoi ? 

  1. Ta glycĂ©mie sera influencĂ©e par l’ensemble de ce que tu manges, la totalitĂ© de ton assiette et non seulement un seul aliment. Il t’arrive souvent de manger un bol contenant JUSTE des patates douces ou du riz ? 
  1. Si tu manges Ă©quilibrĂ© et que tu ne fais pas d’intolĂ©rance au glucose ou de diabète, ta glycĂ©mie se rĂ©gulera convenablement. 
  1. Comme mentionnĂ© au point 1, il y a une FOULE d’élĂ©ments qui influence l’index glycĂ©mique (j’y reviendrai). Pour cette raison et plusieurs autres, dont la complexitĂ© du concept, l’index glycĂ©mique n’est pas synonyme de choix favorable pour la santĂ©. Rien de mieux qu’un exemple pour bien comprendre ? En voici un. Le gras est le macronutriment qui se digère le plus lentement.  Si tu consommes des glucides avec un peu de gras, ces derniers seront absorbĂ©s plus lentement et donc, l’effet sur la glycĂ©mie sera favorable. En rĂ©sumĂ©, si tu te fies exclusivement Ă  ce concept, tu pourrais peut-ĂŞtre manger des patates, mais juste si tu mets du beurre dessus.  BONNE IDÉE!
  1. Le gras, c’est une chose parmi tant d’autres! La mĂ©thode de cuisson, la durĂ©e de conservation, la provenance, la combinaison avec des fibres ou des protĂ©ines sont TOUS des Ă©lĂ©ments qui feront varier l’index glycĂ©mique. Pour cette raison, se fier Ă  l’index glycĂ©mique de l’aliment pour te le recommander c’est de s’imaginer que tu mangeras cet aliment seul, sans autres aliments, non transformĂ© et toujours dans les mĂŞmes circonstances.

Pour conclure, sachez que la littérature ne permet pas de conclure un lien entre une alimentation à faible IG et une perte de poids, même dans la mesure ou l’ensemble de l’alimentation serait modifiée pour miser sur cette variable. Il y a de cela quelques années, cette dernière était valorisée pour les diabétiques, dans le cas où la surveillance des glycémies est particulièrement de mise. Cela dit, compte tenu de la complexité du régime, il est aujourd’hui très peu utilisé. Tout ça pour dire que le riz basmati et les patates douces s’incluent à merveille dans une alimentation équilibrée, tout comme d’autres féculents comme la pomme de terre, le riz sauvage, le quinoa, le couscous, les courges, les pâtes alimentaires, les légumineuses, etc. 

Vanessa Daigle, nutritionniste et créatrice de contenu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mon infolettre 

Inscris-toi à l'infolettre dès maintenant et reçois les primeurs concernant la nutrition et la santé.

Formulaire inscription infolettre Vanessa Daigle

« * » indique les champs nécessaires

Prénom et Nom*

Pour me joindre ou pour prendre rendez-vous

Vanessa Daigle

NUTRITIONNISTE-DIÉTÉTISTE

« * » indique les champs nécessaires

Nom*